Montréal Célèbre le Cinéma Israélien D’aujourd’hui

Par ELIAS LEVY

La 15éme édition du Festival du cinéma israélien de Montréal (FCIM) se tiendra en dépit de la pandémie de la COVID qui sévit depuis plusieurs mois.

Le président d’honneur est Brian Bronfman, président de la Fondation Brian Bronfman/Peace Network for Social Harmony.

Ce festival fort attendu, organisé annuellement par la Communauté sépharade unifié du Québec (CSUQ), mettant en vedette le 7ème Art d’Israël, se déroulera exceptionnellement cette année en ligne, via le Web, du mercredi 10 juin au dimanche 21 juin. 

Un défi de taille que les membres de la dynamique équipe organisatrice de cet événement cinématographique sont résolus à relever avec entrain.

« Cette année, la barre est très haute. Nous avons tous été pris de court par cette terrible pandémie qui a profondément chambardé les plans organisationnels des principaux festivals montréalais. Le comité organisateur du FCIM 2020 travaille d’arrache-pied pour que cette nouvelle édition soit un grand succès. Les écueils à surmonter sont nombreux, notamment au niveau de la logistique. Mais nous sommes très confiants de mener notre bateau à bon port malgré les eaux houleuses sur lesquelles nous tanguons depuis plusieurs semaines », nous a confié Gérard Buzaglo, coprésident, avec son épouse, Chantal Buzaglo, du FCIM 2020.

Au programme : 20 films inédits (longs métrages, documentaires, classiques et série) conviant les cinéphiles montréalais à découvrir les multiples et riches facettes du cinéma israélien de la deuxième décade du XXIe siècle et les similarités entre le Québec et Israël en ce qui a trait au cinéma d’auteur.

Les films seront présentés avec des sous-titres en français et en anglais.

Thème central de la cuvée du 15ème FCIM : « Regards sur les défis de la société israélienne ». 

Le public montréalais pourra découvrir, ou redécouvrir, la puissance, la richesse narrative et la grande créativité du cinéma israélien d’aujourd’hui.

« Cette année, nous allons présenter des longs métrages, des documentaires, des films classiques incontournables et une série consacrée à la vie hors norme de Moshé Dayan. Des productions d’une grande qualité mettant de l’avant la diversité et la richesse de création du cinéma israélien. Le principal but du FCIM est de montrer Israël sous son vrai visage : un pays hétéroclite et profondément humain confronté à de nombreux défis: sociaux, sécuritaires, identitaires, politiques… Aujourd’hui, de jeunes cinéastes israéliens posent un regard iconoclaste, et souvent décapant, sur leur société à travers des oeuvres puissantes qui nous incitent à la réflexion, à l’échange et au partage », précise Gérard Buzaglo.

Présidé par Michael Prupas, producteur et PDG de Muse Entertainment, le Jury du 15ème FCIM est composé par : Élie Castiel, éditeur et rédacteur en chef du site Web consacré au cinéma KinoCulture Montréal; Jamie Elman, acteur, réalisateur et producteur; Claude Fournier, réalisateur et auteur réputé; Lorne Price, coprésident de WaZabi Films ; Beverly Shaffer, réalisatrice à l’Office national du film du Canada (ONF), et Gerald Wexler, auteur, producteur et scénariste.

« Le cinéma israélien est un petit bijou dans le monde du cinéma international montrant des cinéastes capables de raconter leurs histoires personnelles de façon sincère et courageuse », dit Michael Prupas, président du Jury du FCIM 2020.

Le 10 juin, un film audacieux et perspicace, The End of Love, réalisé par Keren Ben Rafael, ayant comme trame de fond la communication à l’ère de Sype et des réseaux sociaux, donnera le coup d’envoi du FCIM.

D’autres productions percutantes au menu:

The Art of Waiting de Erez Tadmor. Un drame poignant relatant le combat inlassable mené par un couple infertile subissant des traitements de procréation. Ce film a été nominé pour 4 Prix Ophir, dont celui du meilleur film.

Transkids de Hilla Medalia. Un documentaire bouleversant décrivant les effets émotionnels, physiques et sociaux des traitements hormonaux administrés à des enfants transgenres en quête de leur identité. Ce documentaire, nominé pour plusieurs prix, s’est mérité le Prix d’excellence MIPCOM Diversity TV au Festival du cinéma international de Cannes 2019.

Mossad, une comédie hilarante, réalisée par Yaron Zilberman, narrant les aventures rocambolesques d’agents du Mossad. 

Mossad comedie Alon Gur Arye
“Mossad,” Une comedie d’Alon Gur Arye

Chained de Yaron Shani. Un drame narrant les démêlés d’un policier épris de justice qui, après une enquête dont il a fait l’objet, voit son équilibre familial imploser après son limogeage des services de police. Nominé comme meilleur film, Chained a obtenu l’Ophir du meilleur acteur, du meilleur réalisateur et le Prix du public au Festival du film de Jérusalem 2019.

Chained film Yaron Shani
“Chained,” un film de Yaron Shani

Dayan. The first Family. Une série en deux parties retraçant le parcours marquant d’une illustre figure d’Israël, le général Moshé Dayan.

Dayan First Family ANAT GOREN
Dayan, the First Family

Ma’abarot. Un documentaire choc et fort controversé relatant l’installation des immigrants sépharades nord-africains dans des camps de fortune dans l’Israël naissant des années 50…

Les prix du Jury seront dévoilés lors de la soirée de clôture qui sera diffusée en ligne le dimanche 21 Juin à 19h.

Pour le prix modique de 20$, on peut se procurer un « Passeport » donnant droit de visionner les 20 films au programme à n’importe quel moment entre le 10 et le 21 juin.

Pour consulter la programmation détaillée du FCIM 2020, visitez le site Web : http://www.fcim.ca